FÉVRIER 2022
TRAVAILLER JOYEUSEMENT POUR LE SEIGNEUR
Portraits de la foi
English

Il y a environ 60 ans, un jeune homme nommé Roy Rutty est entré dans la communauté de Toronto Central dans le but de trouver une communauté d’église où se sentir à la maison.

Originaire de la Jamaïque, la famille de Roy avait déménagé en Angleterre. La famille n’était pas néo-apostolique, mais elle était profondément fidèle et croyait en la puissance de Dieu et en l’amour que l’on peut trouver dans une communauté chrétienne. Lorsque Roy a émigré au Canada, sa famille lui a demandé de trouver une église où il pourrait faire l’expérience de l’amour de Dieu et continuer à grandir dans sa foi. Il ne fait aucun doute que la main de Dieu le guidait, car la décision d’entrer dans l’Église néo-apostolique ce jour-là s’avérerait être une bénédiction et un moment charnière pour la croissance de l’Église néo-apostolique dans le monde entier.

Roy trouva son foyer spirituel dans la communauté et fut bientôt ordonné prêtre. Une nouvelle ordination s’accompagne souvent d’un nouveau niveau de responsabilité, et le prêtre Rutty n’a pas fait exception ici. L’apôtre de district Michael Kraus a servi le prêtre Rutty et l’a ensuite chargé de retourner en Jamaïque, de sensibiliser les habitants à propos de l’Église néo-apostolique et d’établir une communauté.

Homme de foi craignant Dieu, le prêtre Rutty a assumé sa nouvelle tâche et s’est dirigé vers le sud. C’est sur la terre de sa grand-mère — l’endroit où il avait grandi enfant — qu’il a établi la première communauté dans les Caraïbes, Jeffrey Town, dédiée par l’apôtre de district Kraus le 1er août 1965.

Ce n’était que le début de l’œuvre. Une nouvelle église signifiait qu’il y avait des sièges à pourvoir, et le prêtre Rutty s’est mis en route pour répandre la parole de Dieu dans toute la communauté et inviter les gens à venir à l’église. C’est ainsi qu’il rencontre sa future épouse, Valva, qui fera partie intégrante de cette mission. Il frappa à sa porte, ainsi qu’à beaucoup d’autres, et les invita à venir à l’église. Le prêtre Rutty croyait en l’importance de la parole de Dieu, et ceux qui l’entendaient parler de l’amour de Dieu pouvaient vraiment le ressentir. Bientôt, la communauté est devenue une famille animée, toujours impatiente d’avoir la prochaine occasion d’être ensemble.

La fraternité, l’unité, la famille, la communauté, la foi et l’amour — voilà ce qui a constitué le ciment, le fondement et la motivation qui ont permis au travail du prêtre Rutty de s’épanouir dans les Caraïbes. Vous pouvez toujours trouver des gens se rassemblant lors d’un barbecue dans la cour, partageant des repas communautaires dans n’importe quel espace ouvert ou se rassemblant chez quelqu’un où un repas entier était apparemment évoqué à partir de rien — juste pour le plaisir d’être ensemble. Et c’était extrêmement important pour toutes les personnes impliquées.

Ils disent qu’il faut un village pour élever un enfant. Cette phrase est vraie dans le sens de la croissance d’une nouvelle communauté, et aussi dans le sens littéral. Lorsque les Rutty ont décidé d’avoir des enfants, c’était un effort communautaire pour les élever. Leur famille s’est agrandie au-delà des parents de sang ; les voisins sont devenus des « oncles » et des « tantes », et ils ont montré leur amour par une communion continue, tout en intervenant là où l’aide était nécessaire lorsque l’œuvre missionnaire occupait les Rutty.

Le couple partageait une foi profonde et inébranlable. Ils passaient des années à terminer leur travail dans les Caraïbes, avec d’innombrables visites de cure d’âme aux membres et des heures passées dans le « vignoble » spirituel. Des communautés ont germé à travers le pays, dont la plupart existent encore aujourd’hui. Et lorsque la fondation de la Jamaïque a tenu bon, leur mission s’est étendue aux pays voisins, notamment les Bermudes, les Bahamas et plus encore, et la famille a suivi avec foi.

Cette foi était essentielle pour leur travail et pour leur vie ; il est assez facile de prêcher sur quelque chose qui allume un feu dans votre âme, mais ces circonstances ont également nécessité des sacrifices — pour tous les membres de la famille. Un ministre renonce au temps passé avec sa famille, souvent en voyageant pour répandre l’Évangile. La femme d’un ministre porte souvent une charge supplémentaire et s’occupe de la maison et des enfants pendant que leur mari fait du travail ministériel. Ces couples dépendent l’un de l’autre pour s’acquitter de leurs responsabilités, et de nombreux sacrifices sont faits, même lorsque l’on aime leur travail. Pourtant, tout au long de tout cela, Prêtre et Sœur Rutty étaient inébranlables dans leur foi et continuaient avec joie. Oui, c’était difficile ; mais ce n’était jamais trop difficile. Ils n’étaient jamais trop fatigués et ils continuaient toujours à servir Dieu avec bonheur. Ils pouvaient voir les succès de la foi dans les communautés croissantes et dans le travail accompli par leurs responsables spirituels. Les Rutty savaient que s’ils restaient fidèles, Dieu pourvoirait toujours à leurs besoins ; et il l’a fait.

Après plusieurs années de déménagement dans les Caraïbes, il était temps de revenir au Canada ; leur tâche dans le sud étant terminé. Le prêtre Rutty et sa famille sont revenus et se sont installés à Rexdale, où ils ont passé les rênes à d’autres ministres, dont le prêtre Lutz, frère Philips et bien d’autres.

Il faudrait un roman pour même commencer à capturer les innombrables œuvres que le prêtre Rutty a accomplies dans la dévotion à Dieu. À ce jour, son travail en Jamaïque et dans les Caraïbes est encore reconnu et commémoré avec un amour et une appréciation profonde. Cela a été démontré lorsque l’église de Jeffrey Town a sonné la cloche en l’honneur du prêtre Rutty à sa mort en 2003, et de nouveau en 2015 lors de la célébration du 50e anniversaire de Jeffrey Town. Ce jour-là, l’ancien de district de la place, Shorn Stephenson, a écrit : « La célébration ne concerne pas nous ou les frères du Canada et des États-Unis. Ce n’est pas un événement sur les réalisations ou les résultats. Il s’agit de la grâce du Seigneur et de son chemin avec nous au cours de ces 50 années : un chemin de transformation. C’est ce que nous célébrons. Nous avons intégré cela dans le cœur de nos membres et ils l’ont adopté. »

Le prêtre Rutty a compris la valeur de la grâce du Seigneur et l’importance du rôle que joue la foi dans chacune de nos vies. En tant que chrétiens fidèles, nous nous efforçons tous de donner la priorité à Dieu ; mais ce n’est pas toujours une tâche facile. Le prêtre Rutty et sa famille sont de beaux exemples pour nous tous dans notre vie individuelle. Oui, c’était difficile ; mais il n’y avait pas de regrets. Peu importe, où ils se sont retrouvés dans le monde, c’était pour le Seigneur, et cela leur suffisait. Même près de 20 ans après sa mort, Valva rêve toujours que le prêtre Rutty poursuive cette grande œuvre dans l’éternité, comme il l’a toujours fait avec une joie et une fidélité incessante.

« Quand vous accomplissez l’œuvre du Seigneur, réjouissez-vous-en, et il pourvoira toujours. » - Valva Rutty

 

ARCHIVE

The joy of music   |    Pentecost   |    Prayer works   |    Passiontide   |    Sharing faith across generations   |    Prayer works   |    Close of the year   |    Christmas   |    Thanksgiving   |    Action de grâces   |    Learning and growing   |    The communion of the Holy Spirit   |    A living faith   |    Pentecost 2023   |    The love of God   |    Passiontide   |    Pillars: Shining for God   |    Older and powerful in Christ   |    Closing of the year   |    Christmas peace   |